Avril 2016   Consultation publique pour le projet PEFC 2017-2022

La nouvelle certification PEFC ne promeut pas, selon nous, la gestion durable des forêts.

C’est la raison pour laquelle nous vous encourageons vivement à participer à la consultation publique qui existe actuellement et dont le formulaire est à renvoyer par email ou courrier avant le 01/05.

 


Nous vous invitons à aller consulter la page « qui sommes nous » du site de PEFC FRANCE où nous pouvons lire :
 

« Cette certification promeut la gestion durable des forêts : elle pérennise l’exploitation forestière tout en préservant le rôle de réserve de biodiversité, de capteur de CO2 et de régulateur du climat des forêts. Apposée sur un produit en bois ou à base de bois, la marque PEFC apporte la garantie au consommateur que le produit qu’il achète est issu de sources responsables et qu’à travers son acte d’achat, il participe à la gestion durable des forêts. »

Télécharger sur le site de PEFC France le projet PEFC 2017 – 2022 pour la forêt française métropolitaine 

Télécharger sur le site de PEFC France le formulaire de consultation publique

 
La certification PEFC a le mérite de permettre la rencontre d’acteurs de la forêt autour d’un sujet phare.

Toutefois, ce nouveau projet nous apparaît tout simplement inacceptable.

Voici les principales critiques de notre site vieillesforets.com. Le sujet est débattu actuellement dans le monde des associations de protection de la nature, et les critiques sont largement partagées en Midi Pyrénées et chez les membres régionaux du réseau Forêt de France Nature Environnement.

Selon nous :
 

– le texte n’apporte pas de véritable plue value par rapport au respect de la règlementation générale.

– selon nous, le fait que les coupes rases soient autorisées (paragraphe 2.6) va à l’encontre d’une gestion durable de la forêt, du piégeage du carbone et de la préservation des sols.

Ce seul fait décrédibilise l’ensemble du projet de certification. Ce paragraphe nous semble en totale contradiction avec les paragraphes 3.1, 3.4 et 3.5.

– seuils pour les coupes rases : on passe par rapport au schéma 2012-2017, de 2 ha à 5 ha en zone de forte pente, ce qui est inacceptable d’un point de vue écologique, et de 10 ha à 25 ha dans les autres cas, ce qui l’est tout autant.

Pour information, les coupes rases sont interdites dans plusieurs pays comme la Suisse, ou très limitées (comme en Allemagne). Elles fragilisent les sols en zones de forte pente, avec toutes les conséquences que cela peut entraîner.

– il n’existe pas d’exigences particulières, au delà de la simple information ou du conseil, en matière d’espèces ou d’habitats remarquables (comme les forêts matures), que ce soit en amont ou en aval de l’exploitation.

Cela signifierait qu’une vieille forêt peut logiquement être exploitée, ou rasée si elle entre dans les surfaces autorisées en coupe rase, et recevoir la mention PEFC.

la mention de la préférence pour la régénération naturelle a été enlevée, c’est de notre point de vue un recul par rapport au précédent schéma de certification 2012-2017.

Le manque de contrôle et de suivi des chantiers continue à être une porte ouverte à la surexploitation.

– Enfin, voici un extrait provenant d’un échange de courriels datant du 21 Avril 2016, que nous publions en ayant demandé l’autorisation à son auteur Jean Poirot, bénévole actif et militant associatif, et que nous trouvons pertinent :

Si tout le temps passé sur PEFC depuis 15 ans (j’ai compté 85 réunions rien qu’en Lorraine) avait été investi dans le réglementaire (et son suivi), le niveau de la protection de la forêt française (ilots, réserves, parc national) serait certainement plus satisfaisant aujourd’hui…
 
 

Vous pouvez lire en cliquant ici un ensemble de remarques de Jean André, expert et ancien universitaire

Vous pouvez lire en cliquant ici la participation commune à la consultation publique de FNE Midi Pyrénées, Nature Midi Pyrénées et Nature Comminges, et en cliquant ici la participation de la Sepanso aquitaine, qui convergent sur de nombreux points.

Vous avez jusqu’au 1er Mai pour vous prononcer sur le projet de certification PEFC.
 

Nous espérons que notre contribution sera lue par nombre de naturalistes, forestiers et décideurs et qu’elle sera l’un des déclics menant vers l’évolution de ce nouveau projet de certification qui nous paraît tout simplement aberrant.
 

3 réflexions au sujet de « Avril 2016   Consultation publique pour le projet PEFC 2017-2022 »

  1. Michel BARTOLI

    En effet, PEFC est une certification ridicule. La gestion ordinaire, contrôlée (en principe) par l’Etat et les assoc est correcte. PEFC, c’est une taxe (de plus) pour faire vivre quelques sylvocrates techniquement incompétents (les recettes de gestion durable ne sont que du blabla creux et général, de niveau primaire) et transformer du vent en chaleur.
    MB

    Répondre
  2. Terraz

    Bonjour,
    Pour PEFC et le formulaire à remplir et envoyer d’ici le 1er mai merci de préparer (et mettre en ligne)un formulaire pré-rempli prêt à signer, ce sera plus rapide et efficace.
    Luc

    Répondre
  3. Soullié Max

    Dans les Vosges de nombreuses plantations d’épicéas ont été effectuées après la 2e guerre mondiale. Certaines ont été détruites par la tempête de 1999 ou le scolyte en 2003 et les autres sont actuellement exploitées en coupe rase à l’abatteuse. Il arrive que les propriétaires reboisent mais dans la plupart des cas, ils laissent venir le recru et pratiquent parfois un « balivage ». Tout ça avec la bénédiction de PEFC….

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *