Une autre perception du temps

«Les jours commencent et finissent dans une heure trouble de la nuit. Ils n’ont pas la forme longue, cette forme des choses qui vont vers des buts : la flèche, la route, la course de l’homme. Ils ont la forme ronde, cette forme des choses éternelles et statiques : le soleil, le monde, Dieu. La civilisation a voulu nous persuader que nous allons vers quelque chose, un but lointain. Nous avons oublié que notre seul but, c’est vivre et que vivre nous le faisons chaque jour et tous les jours et qu’à toutes les heures de la journée nous atteignons notre but véritable si nous vivons. Tous les gens civilisés se représentent le jour comme commençant à l’aube ou un peu après, ou longtemps après, enfin à une heure fixée par le début de leur travail ; qu’il s’allonge à travers leur travail, pendant ce qu’ils appellent « toute la journée » ; puis qu’il finit quand ils ferment les paupières. Ce sont ceux-là qui disent : les jours sont longs. Non, les jours sont ronds.» Jean Giono


FDV7.2 allongé



L’image de la ligne droite, du passé qui n’est plus, du présent insaisissable et du futur qui n’est pas encore, domine notre conception moderne du temps et de la durée.

DSC08231 bonne 

Dans la nature, la représentation linéaire du temps occidental n’existe pas : les animaux et les plantes vivent dans le présent.

La vie est régie par la force des cycles, biologiques, organiques, respiratoires, lunaires, de la lumière et des saisons. 

En forêt naturelle, la vision orientale traditionnelle du temps circulaire apparaît comme une évidence : La destruction, inéluctable, engendre évolution et naissance. La création se répète à l’infini, une nouvelle combinaison des possibles naît du pourrissant, depuis l’échelle de la forêt comme entité propre jusqu’à l’infiniment petit.






S’immerger dans ce Vivant immense et organique conduit à se connecter à des perceptions familières rarement éveillées, à revisiter ce que l’on sait déjà, à toucher à une certaine densité du présent, à la rondeur de Giono, à l’appartenance à cette grande roue, à l’éternel renouvellement de la vie.




Ici, les espoirs du futur, les loisirs de compensation, la maîtrise ou l’accélération du temps naturel, ne sont plus. La simplicité immuable et rassurante de « ce qui est » nous entoure. Nous pouvons nous relier librement à la force immémoriale des cycles naturels qui régissent toute vie sur la planète.

Les mots pour exprimer ce ressenti sont indescriptibles, et appartiennent à l’expérience de chacun.

Ces aspirations à renouer avec ces dimensions essentielles ne sont certainement pas partagées par tous, d’autres trouvent une respiration satisfaisante dans le sport, toute autre forme de plaisir ou passion.

photo2


Il me paraît indispensable de conserver de tels espaces tout simplement parce qu’ils Sont, mais aussi, en tant que source primordiale ; pour garder un lien avec le sacré, avec ce qui nous dépasse, et pouvoir repositionner sans cesse, en toute humilité, notre place et le sens de la vie dans le roulement du monde.

 




 
 
 
 

Philippe Falbet

3 réflexions au sujet de « Une autre perception du temps »

  1. Tony

    Quelle belle écriture.
    En plus d’être agréable à lire cet article fait réfléchir et me fait me demander comment aurait été la vie sans notre impitoyable et immorale société de consommation.
    La dernière photo nous montre bien à quel point nous sommes minuscules.
    Je vous remercie « rondement » pour cet article.

    Répondre
  2. mireille

    Bonjour,
    Comme ce que vous dites résonne en moi ! et à quel point nous ne vivons presque plus « dans la vie » mais dans une virtualité qui nous emprisonne au lieu de nous ouvrir. Pourquoi suis-je si bien sous les arbres ? parce que j’éprouve ce sentiment d' »être » dans un flux essentiel que j’en fais partie et que j’y suis à ma place.
    Merci pour tout ce que vous exprimez si bien !

    Répondre
    1. admin

      Bonjour Mireille, lire votre commentaire me fait prendre conscience de ce que ces articles « approches sensibles » peuvent apporter spontanément. Merci !

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *