Deux observatoires des Forêts dans les Pyrénées centrales

Depuis 2015, l’Observatoire des Forêts Commingeoises de l’association Nature Comminges permet de mener à bien des actions de préservation et de veille écologique des forêts de montagne à forte naturalité. L’Observatoire des forêts des Hautes Pyrénées, porté par le Comité Local 65 de Nature Midi Pyrénées, créé en 2016, a des missions similaires.

Voici un résumé des principales initiatives menées par les observatoires. Depuis  2017, ils interviennent également pour leur fédération FNE Midi Pyrénées, pour une meilleure prise en compte de la biologie des forêts dans les documents de déclinaison régionale. 

 

La veille écologique 
 

Les actions de veille écologique concernent différentes approches en amont de la pénétration des milieux, comme le respect de la réglementation par les sports de loisir, le suivi d’espèces sensibles, des démarches d’information, des participations à des commissions et consultations publiques. 

Les forêts de montagne sont très majoritairement publiques, domaniales ou communales. L’Office National des Forêts en est le gestionnaire, et donc, un partenaire incontournable.

Des rencontres régulières nous permettent de débattre de parcelles répertoriées en tant que vieilles forêts pyrénéennes, de créations possibles de pistes dans des zones à enjeux, ou encore de faire remonter des observations naturalistes (présence d’une espèce floristique rare, d’un rapace nicheur, pour sa prise en compte dans la gestion).

Les observatoires sont consultés chaque année dans le cadre de la révision des plans d’aménagements forestiers à venir. Ils émettent un avis consultatif pour chaque forêt, eu égard aux connaissances naturalistes de terrain. Les données transmises sont ensuite examinées et prises en compte. C’est un « plus » amené pour la connaissance par le gestionnaire des espèces et habitats des dites forêts

Bénévoles et salarié de l’Observatoire des Forêts Commingeoises. De gauche à droite : Gérard Baraillé, Christophe Popelin, Philippe Falbet, Sophie Maillé, Sandrine Lengelle

 

L’Office a élaboré une cartographie globale du Haut Comminges, de l’Ariège et des Hautes Pyrénées croisant toutes les parcelles en production et hors production des forêts publiques, avec les parcelles de vieilles forêts de montagne.
 

Cette carte (volontairement floutée ci-dessus) est celle des vieilles forêts commingeoises. Travailler sur le même document de travail permet de cibler précisément les enjeux à venir, pour les aborder au cas par cas. Rappelons qu’aucun caractère réglementaire ne les protège aujourd’hui, tout dépend donc de la volonté des propriétaires.
 
 

Inventaires de vieilles forêts 

Les vieilles forêts de montagne représentent environ 7500 ha de superficie dans les Pyrénées centrales,  de 1 à 4 % des forêts de montagne selon le département (09, 31, 65).
 

Un partenariat informel entre l’association et Jean Marie Savoie, responsable du projet « vieilles forêts des Pyrénées » du GEVFP (Groupe d’Etudes des Vieilles Forêts Pyrénéennes) permet d’inventorier des vieilles forêts en zone de montagne et de piémont.

La collaboration avec l’Office National des Forêts est ici essentielle, afin de nous faire remonter les vieilles forêts potentielles à aller inventorier.

 
L’inventaire de vieilles forêts de plaine, qui a débuté en Mars 2017, est porté par le CEN (Conservatoire d’Espaces Naturels) Midi Pyrénées. Les observatoires prêtent main forte pour la par
tie du piémont pyrénéen (forêts en dessous de 600m. d’altitude).


 

Missions de sensibilisation

 
Des journées de sensibilisation en vieille forêt sont organisées à destination de nombreux publics ciblés : institutionnels, étudiants de BTS GPN, futurs forestiers, etc.

Débats de documentaires (L’intelligence des arbres, Le temps des forêts, etc), exposés (par exemple, sur le rôle des sols forestiers) et conférences sur les vieilles forêts pyrénéennes sont également proposés.
 

Ilots de sénescence

Un ilot de sénescence est une zone mise hors sylviculture pour un minimum de 30 ans, ce qui permet une évolution spontanée jusqu’à la mort naturelle des arbres. Le bénéfice écologique est fort, grâce à une représentation des espèces liées aux stades âgés de la forêt.

En zone Natura 2000, il est possible de monter des contrats forestiers afin de protéger en îlot de sénescence des habitats matures refuges d’espèces qui étaient prévus en exploitation (câble ou piste à tracteur). Lorsque le propriétaire s’engage à ne pas effectuer de coupe sur cette durée, l‘enveloppe financière va de 2000 à 4000€ l’hectare.

Plusieurs réunions ont permis d’identifier 4 ilots de sénescence potentiels allant de 2 à 15 ha dans le Comminges.

En octobre 2017, une parcelle de 7 ha de vieille forêt, qui allait être exploitée dans un boisement de 133 ha de vieille forêt pyrénéenne, a bénéficié d’un contrat Natura 2000 et a été retirée de l’exploitation.  
 
 

Plaquette de sensibilisation au dérangement de la faune lié au tourisme de montagne 

 

Voici un exemple d’action réalisé par l’Observatoire des forêts commingeoises,  et financé par la Fondation Nature et Découvertes. Il a pour objectif de porter à la connaissance des usagers occasionnels de la montagne l’existence d’espèces qui peuvent souffrir de dérangements dus à leur pratique ; de conseiller des gestes et attitudes simples permettant de respecter la faune sauvage, en présentant 2 périodes-clé : L’hiver, période de sensibilité maximale, et la fragile période de reproduction qui dure jusqu’en septembre. 


La plaquette est distribuée actuellement grâce à des actions ponctuelles : stands sur les marc
hés (foire bio d’Arbas, Fête de la Montagne de Saint Béat), trails, stations de ski, clubs de randonnée, accompagnateurs de montagne, diverses fédérations et organismes. A l’aéroclub de Luchon, un bénévole de l’association a donné une conférence sur la cohabitation des pilotes de survols en vol libre avec les rapaces.

  

Et ailleurs : les actions
 

Les enjeux concernant la forêt sont les mêmes dans les autres départements de la chaîne centrale pyrénéenne (de l’ancienne région Midi Pyrénées).

Par l’intermédiaire de conventions, l’Observatoire des forêts commingeoises  intervient auprès d’associations de protection de la nature des Pyrénées centrales, notamment du Comité Ecologique Ariégeois, afin de réaliser des missions de soutien, de conseil et d’expertise dans le cadre de son objet.
 

Les deux observatoires travaillent en partenariat étroit sur de nombreux dossiers.

Il assurent notamment le suivi de dossiers régionaux et de représentations dans les instances régionales en lien avec leur fédération FNE Midi Pyrénées, pour de nombreux dossiers touchant l’avenir de la forêt de montagne, comme la CRFB (Commission Régionale Forêt Bois) ou GASPYR (Projet AMI Dynamic Bois visant à valoriser le bois énergie).

Tout membre de l’une de ces associations est invité à se joindre à certaines missions des chargés de mission, comme les inventaires de vieilles forêts de montagne et de plaine.



 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *