Février 2019   Vieux arbres de la forêt tropicale et stockage carbone

Les forêts tropicales sont d’énormes réservoirs de carbone issu du CO2 atmosphérique.

Cet article de Reporterre se base sur le travail d’une équipe de chercheurs du MNHN, du CIRAD et du CNRS en Guyane, qui dénonce leur exploitation actuelle où les « coupes sélectives avec un cycle de rotation de 30 ans, ne semble pas durable. » Ils invitent à des rotations longues, car ce sont les arbres qui poussent lentement qui stockent le plus de carbone au m3.

 
Ils démontrent que les vieux arbres des forêts anciennes, plutôt à croissance lente, avec des besoins en eau ou en lumière qui leur sont spécifiques, possèdent un bois plus dense, et stockent beaucoup de carbone. Avec une croissance plus rapide, les espèces pionnières ont en revanche un bois moins dense stockant moins de carbone ainsi qu’une durée de vie plus courte, ils stockent le carbone sur une moins longue durée.

Une étude qui tord le cou une fois de plus aux plantations d’essences à croissance rapide dites « pompes à carbone », se basant sur des informations scientifiques très sélectives voire dirigées, notamment lorsqu’elles remplacent des forêts naturelles.
 

Pour voir l’article de Reporterre, cliquer ici

 
Pour accéder au rapport du CNRS, cliquer ici


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *